Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Anonymous – Pirates ou altermondialistes numériques ? Peuvent-ils changer le monde ?


 

Passionnante interview à propos d'un livre passionnant sur un sujet passionnant !!

 

 

Ecoutez l'interview de Frédéric BARDEAU

Durée: 57 mn

 

Vous pouvez télécharger ici  le mp3 pour l'écouter sur votre baladeur

 

Les Anonymous… Ce nom intrigue, dérange ou fascine. Il fait trembler les puissants, les autorités, les mafias, les grandes entreprises, les institutions et même les États.

Puisant ses racines au plus profond de la culture internet, dans cette cyberculture qui a nourri les hackers et développé des valeurs humanistes propres au numérique, ce nouvel activisme pourrait redéfinir les contours de la lutte sociale.

Aujourd’hui, entre altermondialisme et hacktivisme, le mouvement s’étend, se répand comme un virus et se déploie aux quatre coins du monde – un monde que ces « anonymes indignés » et engagés entendent bien changer, voire réinventer à leur manière. Insaisissables, mais omniprésents, regroupés sous une même bannière et un masque emprunté à un héros légendaire, des milliers d’anonymes se rebellent, revendiquent, s’opposent et défendent avec force des valeurs érigées en absolus, souvent en marge de la légalité, parfois avec un humour potache.

Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Comment sont-ils organisés ? S’agit-il seulement de petits génies s’amusant de leurs talents informatiques ou des prémisses d’une lame de fond porteuse d’un véritable message politique ? À contre-courant des lieux communs, des préjugés ou des fantasmes sur le sujet, les auteurs de cet ouvrage signent une analyse remarquable en multipliant les angles d’observations.

Ils retracent en détail la genèse des Anonymous et décrivent leurs principales revendications et faits d’armes. Ils étudient les rapports de ce nouvel activisme avec d’autres formes de contestation – qu’il s’agisse de hackers ou de mouvements altermondialistes traditionnels. En s’attachant à bien exposer les fondements culturels et sociaux du mouvement, ce livre fournit toutes les clés pour comprendre la véritable nature des Anonymous, et pour cerner la réalité mouvante de cette forme inédite de « guérilla informatique, politique et médiatique » qui, à n’en pas douter, n’a pas fini de faire couler de l’encre – et grincer des dents…

 

Frédéric Bardeau est diplômé en sciences politiques et en intelligence économique (Science-Po Paris et Saint-Cyr). Il a fondé Limite, une agence entièrement dédiée à la communication responsable et travaillant principalement pour les associations, fondations et ONG. C’est un analyste avisé de la cyberculture, des réseaux sociaux et des stratégies militantes, il intervient régulièrement au CELSA et à l’Association française des fundraisers (AFF)


Nicolas Danet est diplômé du Celsa et rejoint l’agence Limite en 2009. Il est spécialiste de l’analyse de réputation en ligne, de l’hacktivisme et des ONG.

 

Retrouvez plus d'informations sur le livre sur le site des éditions FYP

 

Les réponses de Frédéric BARDEAU aux questions de Chasseurs d'Horizons

 

- Quel est votre point de vue sur la vulgarisation scientifique. Est-elle souhaitable, utile, viable ?

La vulgarisation est indispensable car éminemment démocratique, c’est pour cette raison que j’aimerais qu’elle possède une terminologie différente et plus éloignée de la consonance « vulgaire » ou « vulgum pecus ». Car la connaissance scientifique est non seulement stratégique pour former des esprits critiques et citoyens, mais sa diffusion élargie par les scientifiques oblige également les chercheurs et les techniciens à expliquer ce qu’ils font et à remettre face aux gens leurs méthodes, leurs objectifs et leurs résultats. En ce sens, la « vulgarisation » permet de remettre l’éthique au cœur de la science en la rendant à nous discutable et interrogeable quant à ses fins.

- Un débat citoyen sur les implications des découvertes scientifiques est-il souhaitable ?

Toujours. Il n’a pas eu lieu sur le nucléaire, ni sur les OGM et sur les nanotechnologies ou la biotechnologies on en prend pas véritablement le chemin tant la mascarade du consensus cache les enjeux réels. L’informatique et Internet gagnerait également a posséder des débats plus poussés et plus ouverts sur ces moyens et ses fins. La vente à des dictatures de matériels de filtrage et de censure d’Internet produits par des entreprises françaises et ayant servis à arrêter et à torturer des opposants politiques et des militants des droits de l’homme pose un vrai problème.

- Doit-on  « penser » la science et si oui, à qui incombe ce rôle ?

L’éthique incombe à tout le monde. Aux scientifiques eux-mêmes entre « pairs », mais aussi aux citoyens, aux politiques, aux ONG et à la société civile. Mettre tout le monde autour de la table, chacun dans sa responsabilité mais dans l’optique de prendre des décisions pour la société et non pour le profit ou la science pour la science : c’est ça l’objectif.

- Peut-il exister des rapports entre sciences et philosophie et entre sciences et religions ?

Oui pourquoi pas pour la religion même si j’ai tendance à considérer que la religion relève de la sphère privée et donc qu’elle n’a pas forcément de légitimité à interroger la science, et la philosophie au delà des aspects moraux et donc j’y préférerais des interrogations éthiques qui seraient plutôt portées par des philosophes mais dont la confession et la religiosité pourrait être forte. Concrètement les philosophes et les penseurs ou représentants des religions pourraient débattre autour de la science mais en conversant un point de vue éthique et non moral. Pas question de mettre créationnisme et darwinisme sur le même plan.

- Quelle est la découverte à venir que vous appelez de vos vœux ?

La téléportation qui mettrait enfin un terme à la pollution, aux transports, aux inégalités et aux frontières. Comme Internet, mais en vrai ;-)

- Votre citation préférée

Elle est de Michel Foucault, qui a dit : « Un jour peut être le siècle sera deleuzien ». Mais j’aime également beaucoup un mot de Thucydide : « Il faut choisir, se reposer ou être libre ».

- Votre auteur favori ou « maître à penser »

Gilles Deleuze, ou Spinoza.

- Si vous deviez choisir Un livre

Mille Plateaux de Deleuze, ou l’Ethique de Spinoza.

- Votre site web préféré

Google parce qu’il est une porte d’entrée sur le web, pas parce que c’est Google.

- Quelle est votre vision du futur ?

La société civile va s’emparer des technologies pour reprendre la main sur le capitalisme et s’émanciper des asymétries de pouvoir politiques, et enfin abattre les frontières et les inégalités.

- Pouvez-vous nous proposer un choix sélectif d'ouvrages de vulgarisation dans votre domaine et dans d'autres qui vous tiennent à cœur.

Le livre de Francis Pisani sur Internet qui change le monde, les livres de Milad Douehi, InternetActu et OWNI sur Internet, ou des émissions comme Place de la Toile sur France Culture.

Anonymous – Pirates ou altermondialistes numériques ? Peuvent-ils changer le monde ?

Disponible chez votre libraire et sur les sites de librairies en ligne.

Anonymous. Pirates ou altermondialistes du numérique ?

 

De Frédéric Bardeau et Nicolas Danet

illustration de couverture : Martin Wolf

Titre : Anonymous
Sous-titre : Pirates informatiques ou altermondialistes numériques ?
Auteur : Frédéric Bardeau, Nicolas Danet