Vulgarisation scientifique et communication des scientifiques.

 

Notre volonté est d'aborder ici les diverses disciplines scientifiques en fonction de l'actualité de la parution d'ouvrages de vulgarisation et de la communication d'organismes consacrés à la recherche.

 

De l'astrophysique à la biologie, des mathématiques aux sciences humaines, de la physique aux sciences cognitives, notre souhait est d'élargir notre horizon et de nous ouvrir a tous ces chercheurs qui ont fait le choix de partager leurs connaissances.

On trouvera ci-dessous les interventions de diverses personnalités du milieu scientifique soulignant l'utilité, voire la nécessité d'un développement de la culture scientifique dans toutes les couches de nos sociétés.
Ceci implique un choix et une volonté de communiquer de la part des scientifiques et souligne le rôle primordial de ces conteurs de science, de ces passeurs de connaissance qui ont bien voulu accepter la délicate charge de les « vulgariser », de les rendre accessible au commun des mortels (vulgus), et donc de tenter de transmettre leur savoir et de le mettre à la portée des profanes que nous sommes sans le dénaturer, ce qui n'est pas chose aisée.

Voir la présentation du terme sur wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vulgarisation

Extraits de l'éditorial de Dominique WOLTON, Directeur des l'Institut des sciences de la communication du CNRS
(Journal du CNRS N° 231 – Avril 2009)

« Les scientifiques doivent apprendre à communiquer et à faire des allers-retours avec la société pour trois raisons.
Répondre aux demandes dont ils sont l'objet.
Expliquer les résultats des recherches scientifiques et technologiques.
Préserver néanmoins leur autonomie de travail.
C'est donc tout le rapport science-société qui a changé en 50 ans, obligeant à négocier avec les différents partenaires scientifiques, politiques, médiatiques, économiques  de la recherche. »

« C'est d'ailleurs en apprenant à communiquer, c'est à dire à négocier et à expliquer son rôle et sa vision du monde, que le monde académique sera à même de valoriser ses valeurs: intérêt général, gratuité, ouverture. »

« Avec la communication, on est obligé de regarder loin.
Bien au-delà de son expérience personnelle ou de la performance des techniques.
Les sciences de la communication  sont aussi importantes que les sciences du vivant, de l'Univers, de la technologie, et de l'environnement, l'ont été hier et avant-hier. »


« Plaidoyer pour réconcilier les sciences et la culture ».
Ouvrage collectif dirigé par Claudie Haigneré


Claudie Haigneré
Présidente d'Universcience

« (…) convaincre tous nos concitoyens que la science n'est pas inaccessible, ni interdire, ni réservée, qu'elle est disponible. Et passionnante. Que non seulement, elle est nécessaire pour comprendre le monde, dans lequel nous vivons et y participer pleinement en citoyens responsables, mais aussi qu'elle peut ouvrir à chacun des horizons d'émerveillement et de découvertes fabuleuses »

« Comment transformer l'information en connaissance ? (…) C'est là qu'intervient notre compétence dans le domaine de la médiation, notre rôle de passeurs. »

« Que le lecteur sache que nous partageons une même passion et un engagement commun: le désir de donner accès à tous aux sciences, de faire des sciences comme un jardin ouvert, accueillant, chaleureux, où chacun puisse entrer. »


Jean-Pierre Bourguignon
Mathématicien, directeur de recherche au CNRS et directeur de l'Institut des hautes études scientifiques.

«Cette situation d'utilisation massive des modèles (mathématiques)  crée de nouvelles obligations pour les mathématiciens (...) en tant qu'enseignants, ils doivent présenter la notion de modèle mathématique dans un cadre pédagogique moins sommaire que celui utilisé jusque là et avoir une réflexion critique sur la nature des modèles, leur rôle et leurs usages. »

Étienne Klein
Physicien, Directeur de recherche au CEA.

« Comprendre, sentir la portée d'une idée ou d'un concept, voire sa beauté, découvrir la clé d'un raisonnement ou d'une découverte, cela vous déplace, vous transforme subitement en quelqu'un d'autre. Le réel, soudain vous répond.
On peut ainsi se faire plaisir avec la science, vibrer grâce à elle, car, comprendre aide à mieux ressentir. Il convient donc de la partager, pour qu'elle devienne un élément vivace de notre culture. »