Penser le futur au présent en s’appuyant sur le passé.

 

Il est plus que jamais important et complexe de tenter d'anticiper, de prévoir, de deviner à l'heure où les sciences et les technologies ouvrent des perspectives toujours plus fascinantes et parfois inquiétantes.

Observer, être attentif aux innovations, analyser les possibles et les souhaitables...

 

C'est le rôle de la prospective, discipline qui fera l'objet du quatrième pilier de l'émission.

 

Extrait de Wikipedia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Prospective

Deux grandes attitudes sont généralement distinguées en matière de prospective :

•    L'une est orientée sur les scénarios. En caricaturant ou simplifiant des hypothèses et des tendances, elle permet d'aboutir à des scénarios ou schémas prospectifs imaginables construits sur des ensembles.

•    L'autre est orientée sur l'intuition. Elle recherche ce qui n'est pas du domaine du logique et prend plus volontiers le risque de se tromper (on ne peut-être vraiment certain qu'un signal faible était un vrai signal qu'avec le temps), s'exprimant souvent en cahier ou atelier de prospective, en veillant à ne pas se limiter par autocensure, laquelle empêche souvent les « signaux faibles » de devenir visibles au groupe.

 

Nous essaierons de faire connaissance avec ces hommes qui regardent « devant ».

Nous aborderons des thématiques liées à l'innovation au sens large. De l'innovation technologique à l'innovation sociale qui en découle de plus en plus directement à notre sens.